Théâtre des Champs Élysées
Slider

Norma

Vincenzo Bellini

Maria Agresta, la plus grande Norma d'aujourd'hui, fait revenir à Paris le chef d'œuvre de Bellini dans une nouvelle mise en scène


Opéra en deux actes (1831)
Livret de Felice Romani, d’après Norma ou l’Infanticide d’Alexandre Soumet


Riccardo Frizza  direction
Stéphane Braunschweig  mise en scène et décors
Johanne Saunier  chorégraphie
Thibault Vancraenenbroeck  costumes
Marion Hewlett  lumières

Maria Agresta Norma
Sonia Ganassi  Adalgise
Marco Berti  Pollion
Riccardo Zanellato  Orovèse
Sophie Van de Woestyne Clotilde
Marc Larcher Flavius

Orchestre de chambre de Paris
Choeur de Radio France
direction Sofi Jeannnin

En cette année 1831, Bellini est l’étoile montante du bel canto. Au printemps, La Somnambule voit le jour à Milan, bientôt suivie de Norma, créée en fin d’année avec les plus grandes voix du moment, Giuditta Pasta, Giulia Gasi et Domenico Donzelli. L’œuvre surprend lors des premières représentations mais s’impose très vite. Bellini, avec Norma, bouleverse les codes de l’opéra italien selon Rossini et augure de la grande forme romantique à venir. Ici les frontières se font plus souples entre les airs, duos et ensembles offrant ainsi au tissu musical une fluidité où mélodies et intentions dramatiques convergent en de vastes fresques.  Bellini, en plus de « révolutionner » la forme traditionnelle, compose des rôles d’une exigeance folle. Ainsi du rôle-titre de Norma, réputé à juste titre pour être l’un des plus difficiles du répertoire de soprano, impose à la fois une parfaite maîtrise technique et de réelles qualités de tragédienne. Son mythique air « Casta diva » est à lui seul une leçon de haut niveau de l’art belcantiste convoquant longueur du souffle, précision, virtuosité des vocalises et pas moins de trois contre-ut !

Une équipe à la hauteur de ces exigences a été conviée pour servir cet ouvrage « hors normes » à bien des égards. En tout premier lieu, la jeune italienne Maria Agresta fait figure de nouvelle diva du chant italien (elle a triomphé récemment dans Les Puritains à l’Opéra de Paris). Son assurance vocale sur toute l’étendue du registre (le rôle de Norma exige autant d’aisance dans l’aigu que dans le grave) et ses qualités scéniques lui ont permis de s’imposer sur de nombreuses scènes internationales ces dernières saisons. Sa compatriote Sonia Ganassi n’a elle plus rien à prouver dans un rôle qu’elle a fait sien depuis longtemps. La mezzo-soprano n’y sacrifie jamais l’émotion à l’écriture vocale qu’elle maîtrise en virtuose accomplie. Quant à l’homme de théâtre Stéphane Braunschweig, gageons que sa pratique des grandes fresques wagnériennes et verdiennes lui donne toutes les clés pour explorer ce drame de l’intime « démesuré ».

 



Eric Ruf

Sed sapien augue, rhoncus molestie varius a, bibendum quis nisi. Donec sed est nisl. Maecenas auctor interdum pharetra. Fusce pellentesque, i sit amet dapibus sollicitudin, ligula metus tincidunt purus, porta faucibus eros purus quis ante. Fusce euismod vitae faucibus dignissim.

Norma

Stéphane Braunschweig présente sa future mise en scène du chef-d’œuvre de Bellini.

Norma

Premières répétitions en studio de la nouvelle production de Norma de Bellini mise en scène par Stéphane Braunschweig et dirigée par Riccardo Frizza.

Norma

Suite des répétitions de la nouvelle production de Norma de Bellini mise en scène par Stéphane Braunschweig et dirigée par Riccardo Frizza à la tête de l'Orchestre de chambre de Paris

Norma

Extrait de la nouvelle production de Norma de Bellini mise en scène par Stéphane Braunschweig et dirigée par Riccardo Frizza à la tête de l'Orchestre de chambre de Paris.


08/03/2015

Pierre et le loup... et le jazz

Enregistrement de l'album "Pierre et le loup... et le jazz" avec The Amazing Keystone Big Band, Denis Podalydès et Leslie Menu.

Aucun résultat n'a été trouvé Quitter la recherche